Quelle est l’efficacité de l’homéopathie contre les nausées de grossesse ?

Pour un bon nombre de femmes, les nausées désagréables sont fréquemment l’un des premiers signes de la grossesse. Habituellement, elles commencent à la 5e semaine de grosses. Des études ont conclu que 8 femmes sur 10 subissent ces nausées et une femme sur deux vomit de façon assez régulière durant les débuts de la grossesse. Heureusement, il y a quelques bons vieux remèdes naturels de grand-mère. Mais il y a également l’homéopathie, qui aident à soulager au maximum les nausées. Nous allons voir dans cet article, l’efficacité de l’homéopathie sur les nausées de grossesse.

À quoi sont dues les nausées de grossesse exactement ?

Les hormones de grossesse sont à l’origine de ce trouble. Les experts expliquent que les nausées sont donc causées par l’augmentation des œstrogènes et de l’hCG (gonadotrophine chorionique humaine). Cependant, il existe certains éléments extérieurs qui sont susceptibles d’exacerber le problème, tels que :

  • les conflits ;
  • le stress ;
  • l’anxiété ;
  • les craintes et la peur.

À partir de la 13e semaine de grossesse, les hormones de l’hCG sont en considérable diminution, pour revenir à la normale. Après cela, plusieurs femmes enceintes remarquent que les nausées disparaissent progressivement.

Quelle est l’efficacité de l’homéopathie contre les nausées de grossesse ?

Il faut savoir qu’il n’existe aucun médicament qui est capable de calmer complètement les nausées. Vous devez être particulièrement prudente lorsque vous prenez des pilules pendant la période de grossesse.

L’homéopathie peut alors s’avérer être une assez bonne alternative face aux médicaments traditionnels. La majorité de ces médicaments homéopathiques étant disponibles en pharmacie sans ordonnance nécessaire.

Article qui pourrait vous intéresser :  Comment soulager ses bouffées de chaleur grâce à l'homéopathie ?

Cependant, la nature des nausées varie d’une personne à l’autre. C’est pourquoi le médicament approprié doit être identifié par un spécialiste, dans l’idéal, il est conseillé de consulter un homéopathe. De ce fait, les différents médicaments homéopathiques sont les suivants :

  • le Tabacum ;
  • nux vomica ;
  • sepia officinalis ;
  • Ipecacuanha.

Pour ce qui est du Tabacum : il s’agit d’un médicament anti-nauséeux très populaire. Les globules de tabac sont, de ce fait, utilisés pour le traitement des nausées. En effet, le tabac a tendance à provoquer des nausées, donc il suit les principes de l’homéopathie qui sont de traiter le mal par le mal.

Pour ce qui est du Nux vomica : il s’agit d’un diluant d’extrait de vomiquier. Ce traitement est recommandé pour les nausées de grossesse et est également utile non seulement pour les maux de tête, mais aussi pour apaiser les brûlures d’estomac et l’inflammation.

Pour ce qui est du Sepia officinalis : il est question d’une dilution d’encre de seiche. Ce médicament a des effets apaisants et aide à équilibrer et à compenser le vide qui peut être dans certain cas ressenti dans l’estomac.

Pour ce qui est du Ipecacuanha : il s’agit d’une dilution de l’extrait de la plante de Carapichea ipecacuanha. Ce remède peut réduire la sensation d’étouffement et par ailleurs stopper la toux qui en résulte à l’aide de ces globules.

Il est important de rappeler que tous ces remèdes homéopathiques sont utilisés en renforcement. La matière première est les teintures mères, telles que le vrai tabac ou la plante de Carapichea ipecacuanha. Une très petite quantité de cette teinture mère est diluée fortement et elle est ensuite brassée, cette étape est par la suite répétée un bon nombre de fois.

Article qui pourrait vous intéresser :  Comment réduire l'anxiété avec l'homéopathie ?

L’un des avantages phare de l’homéopathie est que ce type de traitement ne contient aucun effet chimique. Par conséquent, il ne cause pas d’effets indésirables et n’interfère pas avec les autres médicaments. De ce fait, cette forme de traitement est la mieux adaptée pour les femmes enceintes parce qu’il ne transmet pas de substances dangereuses au fœtus.